La star et le timide, un conte sur les croyances limitantes

Le timide rechigne à réaliser un long métrage sur une star. Que devrait-il faire pour passer à l’action? Aurait-il besoin d’une formation pour prendre en confiance en lui?

En guise de carte postale, je vous partage ce conte qui fait écho à ces envies pressantes que l’on repousse par peur d’entreprendre et d’échouer. Un manque d’audace qui nous prive parfois de notre enthousiasme et de nos joies profondes.  

Les jours de beau temps, un voile de coton ondulait entre les nuages épars. On y décelait les spectres de vies passées. Il y avait cette star de cinéma des années 30 reconnaissable à sa bouche pulpeuse qui s’entrouvrait au moment d’éloigner son fume-cigarette. Elle restait nostalgique des flashs qui crépitaient tout autour d’elle lorsqu’elle apparaissait sur le perron d’un hôtel ou à la sortie d’un théâtre. Elle était l’éblouie qui éblouissait un public d’hommes et de femmes, tous restaient ébaudis, étourdis par sa beauté. Mais c’était surtout et avant tout son impétuosité qui les impressionnait. On la disait croqueuse d’éphèbes, d’une élégance rare. Exigeante selon les uns, capricieuse selon les autres, elle se montrait intransigeante de l’avis de tous. Sur terre, rares étaient ceux à prononcer encore son nom, et plus rares encore sont ceux qui le prononçaient sans l’écorcher. Le timide faisait partie de ceux-là.

Des croyances limitantes sur ses capacités

Cinéphile averti, il dissertait volontiers sur cette star qu’il admirait autant qu’il réprouvait. Il n’en avait pas encore conscience mais ce qu’il critiquait et convoitait c’était précisément cette impétuosité qui lui faisait tant défaut. Du haut de ses nuages, elle percevait ses aspirations les plus profondes. D’humeur badine elle lui insuffler un jour la pensée de réaliser un film sur sa vie de star. En vain. A peine l’idée d’un biopic lui était parvenue qu’il s’empressa de la chasser. Soudain en verve, il déroula en boucle toutes les objections : « A quoi bon ? Plus personne ne la connait. Les producteurs ne me suivront jamais sur ce projet. Si encore j’avais déjà réalisé un premier film, mais là non ce n’est pas la peine d’essayer. De toutes façons je ne suis que technicien… »

De la difficulté à passer à l’action

Piquée au vif, la star négocia avec le ciel un séjour plus long pour convaincre le timide de mener à terme le projet. Mais encore fallait-il se faire entendre du craintif ! Ses moyens étaient limités. Elle usait de toutes les ruses bien connues des anges. Pour l’anniversaire de sa fiancée, elle l’orienta vers un rouge à lèvres laqué qui avait marqué sa notoriété. Mais il tiqua à peine lorsque l’amoureuse fit le rapprochement. Dès que l’impétueuse s’arrangeait pour qu’une radio diffuse l’une de ses chansons (ce qui était extrêmement difficile à obtenir tant son nom de star tombait en désuétude), le cinéphile liait ce hasard à sa passion pour l’actrice, mais rien de plus. Il se laissait à peine traverser par l’idée éventuelle d’un biopic, très vite il reprenait sa litanie du projet impossible à réaliser, parce que patati et nananère….

L’impétueuse ne se découragea pas pour autant.  Un dimanche de brocante, le couple trouva un fume-cigarette ressemblant à s’y méprendre à celui de la star. La coïncidence était d’autant plus troublante qu’il portait ses initiales. « C’est énorme, s’enthousiasma l’amoureuse. C’est un signe, il faut que tu fasses son biopic ! » La star se réjouit d’avoir enfin une alliée terrestre pour mener à bien le projet. Le timide était désormais convaincu par l’idée du projet. Mais le plus difficile restait à faire : comment l’inciter à passer à l’action ? Comment le convaincre de passer de l’ombre à la lumière ?

Selon vous, qu’est-ce qui empêche le timide de réaliser un film sur sa star préférée? Serait-ce ses croyances limitantes, un manque de confiance en sa créativité? Il est possible qu’il gagnerait à participer à un atelier de co-création.

Valérie Quélier

Libérez votre créativité, une méthode inspirante

Libérez votre créativité, la bible des artistes, Julia Cameron, Editions J’ai Lu – 352 pages – 2007

Libérez votre créativité. L’ouvrage de Julia Cameron, présenté comme la bible des artistes, a été publié 2007 mais je ne le découvre qu’aujourd’hui. Surprise, le programme qu’elle propose s’appuie sur des réflexions similaires à celles qui m’ont conduite à la mise en place d’ateliers de co-création. Aussi je ne peux qu’en recommander la lecture. Et ce, même si nous empruntons des chemins distincts. Les ateliers de co-créations que je propose sont en effet plus pragmatiques. Il s’agit de développer individuellement ou collectivement des outils de communication destinés à votre entreprise. La méthode Chemins de la créativité élaborée par Julia Cameron entend lui favoriser une démarche à la fois spirituelle et artistique.

 Plus qu’une lecture, il s’agit avant tout d’un programme sur 12 semaines, que l’autrice américaine a longtemps expérimenté. Julia Cameron, ex-femme du réalisateur Martin Scorsese enseigne en effet l’art de la créativité depuis plus de trente ans.

Sa méthode s’adresse à toute personne qui souhaite renouer avec sa créativité, la libérer et la nourrir. Pour lever les blocages, Julia Cameron recommande des exercices à réaliser chaque jour. En voici trois.

Les pages du matin, un rituel quotidien

Couchez sur le papier toutes les pensées qui vous passent par la tête, y compris si c’est sans intérêt, anecdotique, superficiel. Ne craignez pas le jugement. De toutes façons, vous n’autoriserez personne, absolument personne à les lire. Peu importe donc la qualité, en revanche ne lésinez pas sur la quantité. Selon Julia Cameron, il faut dès le réveil faire trois pages d’écriture automatique. Cet exercice vise à vous débarrasser au plus vite de tous les jugements et autres critiques négatives que vous portez en vous. Les exprimer permet de s’en libérer, et par là même à préparer un nouvel espace de création.

Les rendez-vous d’artistes, une nourriture essentielle

Fixer un rendez-vous régulier avec votre artiste intérieur, cela consiste tout simplement à nourrir votre créativité. Une expo, un spectacle, une randonnée, toutes ces activités contribuent à remplir votre « réservoir d’images, la source de notre art ».

Une promenade pour s’aérer l’esprit

Pour certains, les idées émergent sous la douche, pour d’autres, au petit matin, pendant ces quelques minutes qui précèdent le lever. Pour Julia Cameron, c’est la marche qui permet de développer des endorphines et de faire émerger de nouvelles idées ou solutions. Aussi recommande-t-elle de s’accorder au moins une fois par semaine une marche de vingt minutes, seul(e), sans musique, ni chien.

La méthode Chemins de la créativité peut être une démarche personnelle ou collective. Dans ce dernier cas, il s’agit de créer des groupes de soutien d’artiste à artiste.

Si vous êtes tenté par ce type d’expériences, je vous conseille vous procurer le livre. Je me tiens également à votre disposition pour échanger sur le sujet et vous accompagner dans le développement de vos propres outils de communication. N’hésitez pas à me contacter.

Comment trouver l’inspiration ?

“L’inspiration vient toujours, quand l’homme le veut, mais elle ne s’en va pas toujours quand il le veut », Charles Baudelaire
Vous avez envie de créer vos outils de communication mais vous êtes en panne d’idées ? Pour (re)trouver de l’inspiration, vous pouvez venir vous ressourcer au sein d’un atelier de cocréation. L’occasion d’expérimenter différents exercices.

Comment trouver l’inspiration ? Satanée question qui se pose dès lors qu’on aspire à libérer sa créativité. La première d’entre elles revient à s’inspirer de l’existant pour mieux s’en émanciper.

Reproduire un tableau d’un peintre ou écrire un texte à la manière d’un poète est d’ailleurs le conseil le plus souvent répété dans les ateliers de peinture ou d’écriture. La méthode est en effet idoine pour apprendre à maîtriser un geste ou une forme stylistique. Une fois la technique acquise il est plus facile d’exprimer sa propre créativité. Mais cela ne suffit pas évidemment à trouver son propre style.

Retrouver la spontanéité

Se laisser inspirer, cela a davantage avoir avec la candeur de l’enfant qui joue à la marchande ou à la guerre… sans se juger. Ce point est assurément primordial. Chez la plupart des adultes, ce sont en effet les auto-critiques et les fausses croyances sur ses propres capacités qui freinent voire empêchent toute inspiration. Faire le vide en soi est essentiel pour laisser aller l’expression de soi.

Exercer sa créativité

Il existe différents types d’exercices permettant de favoriser le lâcher-prise. En peinture, l’un d’entre eux revient à laisser aller le geste sur la page blanche sans déterminer le résultat. En écriture, mon exercice préféré consiste à rédiger un texte laudatif sur un objet du quotidien comme une éponge ou toute autre babiole. Ces entraînements vous contraignent tout en douceur à faire preuve d’audace, ou pour le dire avec les mots du moment, à sortir de votre zone de confort. Si l’approche vous semble un brin trop loufoque, êtes-vous sûr qu’il ne s’agit pas d’un jugement un peu trop hâtif  de votre part?

Parce que l’expérience vaut mille mots, je vous propose de participer gratuitement à un premier atelier de co-création d’une durée de trois heures.

L’atelier peut se passer en individuel ou en équipe, dans vos locaux, dans un espace de coworking ou encore à distance.

N’hésitez pas à me contacter sur le sujet. Le premier rendez-vous est gratuit et sans engagement.